EST-CE QUE LES GAFAS VONT NOUS METTRE (NOUS, LES PME) DANS UNE SITUATION INGÉRABLE?

À la lecture d’un article d’Extreme Tech au sujet d’un nouveau brevet de Facebook visant un système conçu pour nous espionner, j’ai vraiment été tenté de faire une montée de lait!

En gros, le brevet concerne l’écoute active de ce qui se passe dans nos foyers afin de découvrir comment et quand nous sommes exposés à une publicité. Interrogé sur ce brevet, Facebook aurait répondu qu’ils n’avaient pas l’intention de s’en servir. Les promesses n’engagent que ceux qui y croient!

Ce qui m’inquiète, c’est la réaction des gouvernements qui vont devoir légiférer. Une fois de plus, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Prenons l’exemple de la Loi canadienne anti-pourriel. Le pourriel (spam) est un vrai problème. En effet, la très vaste majorité des courriels qui transitent sur Internet en sont. On ne peut nier que quelque chose devait être fait à ce sujet, mais la solution imposée par le gouvernement canadien a des conséquences importantes pour les petites et moyennes entreprises locales. Premièrement, elle retire aux PME Canadiennes le moyen le plus économique de parler à leurs clients potentiels. Notez que j’ai dit Canadien; le pouvoir législatif s’arrête aux frontières, pas Internet (nous recevons tous encore ces fausses publicités sur le Viagra et les escroqueries de princes en mal de donner leur argent). Deuxièmement, les concurrents étrangers peuvent continuer à communiquer avec les clients canadiens d’une manière que les entreprises locales ne peuvent plus.

Plus récemment, le Règlement général européen sur la protection des données (RGPD), nous a imposé de très nombreuses contraintes comme le droit à la portabilité des données personnelles et le consentement « explicite » et « positif ». Loin de moi l’idée de penser qu’il ne faut pas légiférer. Cependant ce qui m’inquiète, c’est la lourdeur des réponses gouvernementales.

Si cela continue ainsi, la moindre solution web qu’une entreprise voudra créer coûtera une fortune à mettre en place et à maintenir. Et c’est là que réside le danger!

Si nos amis du GAFA ont les coffres bien remplis et ont parfaitement les moyens de payer pour parer n’importe quelle nouvelle loi contraignante, ce n’est pas le cas des PME. La beauté d’Internet a toujours été de permettre d’essayer à moindre coût, et c’est cela qui a permis entre autres toute cette créativité et la quantité de nouvelles solutions qui arrivent chaque jour. Si l’on n’y prend garde, on pourrait bien tuer la poule aux œufs d’or!

Puis-je humblement suggérer aux gouvernements quand ils légifèrent de prévoir leur loi en fonction de la taille des organisations? Comme dans la nature, si on veut une diversité de gros poissons, il faut une mangrove pour protéger les petits des gros dans leur développement.

Philippe Meloni
Cofondateur, Président et CEO de INNODIRECT

GAFA est un terme utilisé pour désigner les quatre géants du Web qui sont Google, Apple, Facebook et Amazon et par extension, l’ensemble des géants du web.
La mangrove est un écosystème de marais maritime composé entre autres de grandes racines qui protègent les petites espèces des grands prédateurs. Les mangroves sont parmi les écosystèmes les plus productifs en biomasse de notre planète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *